En cas de sortie de l’euro, le franc ne dévaluerait pas !

Voici une étude qui va assurément faire parler d’elle. Anne-Laure Delatte, directrice adjointe du Cepii, a analysé les conséquences d’une sortie de la France de la zone euro en faisant l’hypothèse que, dans ces conditions, la monnaie unique disparaîtrait. Plusieurs conclusions fortes en ressortent.

Tout d’abord, le franc dévaluerait vis-à-vis de quatre devises européennes (dont le mark) mais s’apprécierait vis-à-vis des autres. Ensuite, compte tenu de ces variations de taux de change différentes selon les pays, et en regardant de près quels biens et services la France échange avec quels partenaires, on peut montrer que le secteur agricole, le secteur manufacturier, les échanges financiers et d’information-communication seraient perdants, le secteur du tourisme gagnant. Enfin, une note complémentaire devrait montrer les effets sur les banques françaises 1.

4 dépréciations, 14 appréciations du franc

En tenant compte de plusieurs éléments (différence de productivité, poids dans les échanges…), les économistes calculent le niveau auquel devrait à peu près s’établir le taux de change d’un pays avec les monnaies de ses partenaires. Lorsque l’on effectue ce travail pour évaluer l’impact du retour au franc, Anne-Laure Delatte montre que notre devise est aujourd’hui surévaluée vis-à-vis de celle de l’Allemagne, de l’Irlande, des Pays-Bas et du Luxembourg… mais sous-évaluée vis-à-vis de tous les autres pays de la zone euro.

Le franc se déprécierait vis-à-vis de l’Allemagne, l’Irlande, les Pays-Bas et le Luxembourg mais s’apprécierait vis-à-vis de tous les autres pays de la zone euro

L’étude du Cepii ne détaille pas les raisons de cette situation mais on comprend que, compte tenu de ses très importants excédents commerciaux, il y aurait une forte demande de mark qui devrait s’apprécier fortement (l’Allemagne bénéficie aujourd’hui avec l’euro d’une devise sous-évaluée). Comme par hasard, les trois autres pays qui sont dans la même situation sont trois paradis fiscaux : des pays utilisés pour cacher des capitaux français et dont la monnaie serait sûrement fortement demandée pour les fuites de capitaux qui ne manqueraient pas d’intervenir.

Un effet incertain sur les échanges extérieurs

A partir de l’estimation des variations des taux de change du franc selon les pays, on peut regarder quels types de biens et services la France échange pour tenter d’en mesurer les conséquences sur notre commerce extérieur.

55 % de nos produits exportés deviendraient plus chers

Lorsque le franc dévalue par rapport au mark, nous gagnons en compétitivité sur le marché allemand, notre plus gros débouché extérieur (35 % des exportations de biens). Et en dévaluant également avec l’Irlande, le Luxembourg et les Pays-Bas, c’est au total 45 % de nos exportations vers la zone euro qui seraient plus compétitives. Mais en s’appréciant vis-à-vis des autres devises, 55 % de nos produits vendus deviendraient plus chers. Un effet sur les exportations plus important que celui sur les importations : la moitié (49 %) serait plus chère, l’autre moitié moins chère.

Lorsque l’on regarde ce que cela donnerait par secteur, on voit que le secteur agricole, le secteur manufacturier, les échanges financiers et d’information-communication seraient perdants, le secteur du tourisme gagnant.

Suite de l’article sur : alternatives-economiques.fr

Emmanuel Goldstein

"Bien que Goldstein fût haï et méprisé par tout le monde, bien que tous les jours et un millier de fois par jour, sur les estrades, aux télécrans, dans les journaux, dans les livres, ses théories fussent réfutées, écrasées, ridiculisées, que leur pitoyable sottise fût exposée aux regards de tous, en dépit de tout cela, son influence ne semblait jamais diminuer. Il y avait toujours de nouvelles dupes qui attendaient d’être séduites par lui. Pas un jour ne se passait sans que des espions et des saboteurs à ses ordres ne fussent démasqués par la Police de la Pensée." George Orwell - 1984

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *