Un journaliste avoue que les noms des délinquants musulmans sont falsifiés en France « pour éviter au populisme de se réveiller »

Les médias français donnent des prénoms chrétiens à la place de prénoms musulmans, pour dissimuler la part beaucoup trop importante des personnes issues de l’immigration dans les viols. C’est ce que révélait Jean Quatremer, au cours de l’émission 28 minutes sur Arte, suite aux viols collectifs qui ont eu lieu lors du passage au nouvel an à Cologne et dans de nombreuses autres villes d’Europe occidentale en 2016.


Intégralité de la révélation que Jean Quatermer a faite au  cours de cette émission animée par Elisabeth Quin, dont j’ai pu visionner et transcrire un extrait:

Jean Quatremer : « Juste pour terminer, c’est que le problème de la caractérisation de ces agressions sexuelles, c’est exactement le même problème qu’on a eu en France pendant des années. Moi je me rappelle, un article, un truc absolument extraordinaire sur une affaire de tournante [Viol collectif. ndlr] en banlieue parisienne, et tous les noms avaient été changés, ce qu’on fait régulièrement parce qu’on n’a pas encore le nom des personnes qui ont pratiqué la tournante [admirons le style encanaillé, ndlr], ils n’ont pas encore été identifiés; et c’était tous des Alain, des Frédéric, des Marcel, des Maurice, sauf qu’en réalité c’était tous des Mohamed, des Hamed, … Et la presse bienpensante, les bobos parisiens de dire: « Ah quand même, si on les caractérise, heu… » Sauf que les lecteurs, les gens qui connaissent l’histoire et la réalité savaient très bien ce qui se passait. Donc on cache, mais nous-mêmes! Et c’est pas les Allemands! En permanence c’est un élément qu’on ne donne pas! Aux États-unis…

Les autres en chœur : Pourquoi on ne le donne pas ?

Jean Quatremer : Parce qu’on a peur de déclencher le racisme…

Un autre intervenant : On parlait du peuple tout-à-l’heure: on ne donne pas [les renseignements] pour éviter au populisme de se réveiller, parce qu’on sait très bien qu’on est… » [Il est coupé par le brouhaha]

Ainsi les journalistes chargés théoriquement – mais qui y croit encore ? – de faire de l’information, font en réalité de la manipulation et de la désinformation au profit de l’hallaïcité et de l’immigration de masse.

Notez que dans l’exemple des quatre faux prénoms cités, Jean Quatremer ne cite exclusivement que des prénoms typiquement euro-chrétiens. Pas un seul Nathanaël ou Nathan… Il ne faudrait quand même pas nuire à tort et à travers, non plus… Seuls les chrétiens sont dans le collimateur de ceux qui tiennent les leviers du pouvoir et qui entendent bien les garder.

En Préambule le journaliste laisse supposer que cette pratique aurait sévi longtemps dans le passé, mais à la fin de sa tirade il se laisse aller au présent: « Donc, dit-il,  on cache, mais nous-mêmes! Et c’est pas les Allemands! En permanence c’est un élément qu’on ne donne pas! »

Suite de l’article sur : medias-presse.info

Emmanuel Goldstein

"Bien que Goldstein fût haï et méprisé par tout le monde, bien que tous les jours et un millier de fois par jour, sur les estrades, aux télécrans, dans les journaux, dans les livres, ses théories fussent réfutées, écrasées, ridiculisées, que leur pitoyable sottise fût exposée aux regards de tous, en dépit de tout cela, son influence ne semblait jamais diminuer. Il y avait toujours de nouvelles dupes qui attendaient d’être séduites par lui. Pas un jour ne se passait sans que des espions et des saboteurs à ses ordres ne fussent démasqués par la Police de la Pensée." George Orwell - 1984

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *